Coso : Des infrastructures socio-collectives déjà accessibles

0
334

Pour lutter contre les disparités et faire barrage à la pauvreté dans les localités septentrionales, le Togo déroule le projet de Cohésion sociale des régions nord du Golfe de Guinée (Coso). Dans les zones où l’initiative est déployée, elle démontre sa puissance à travers le renforcement de l’accès des habitants aux services sociaux.

Le projet de Coso est mis en œuvre par l’Agence nationale d’appui au développement à la base (Anadeb) dans 41 cantons frontaliers : 37 se trouvent dans la région des Savanes, 02 sont dans la Kara et les 02 autres basés dans la région centrale.

Des actions variées

Il est géré dans une approche de développement conduit par les communautés (DCC). C’est-à-dire que les communautés sont accompagnées pour leur auto prise en charge. Elles sont les auteures et en même temps les bénéficiaires de leur développement.

Coso met en place pour les citoyens des infrastructures de base. Il exécute des microprojets, s’occupe de l’entretien des ouvrages réalisés… L’offensive salutaire couvre la partie nord du pays, sur une période de cinq ans.

13 milliards de francs engagés

C’est le montant utilisé depuis le lancement du projet en juin 2022 jusqu’à fin septembre 2023. L’Anadeb indique que Coso a déjà permis la réalisation de 50 infrastructures communautaires, dont 43 forages photovoltaïques, 05 bâtiments scolaires et 02 centres communautaires.

Le projet est financé à hauteur de 33 milliards de francs CFA par la Banque mondiale. Il enregistre 305 sous-projets communautaires retenus pour la réalisation de 377 infrastructures communautaires dans 29 des cantons couverts au 15 septembre 2023.

La région des Savanes redressée

Dans la localité Lotogou, il y a 18 villages. Chacun d’eux a proposé 03 sous-projets liés aux secteurs de l’énergie, de l’éducation, de l’agriculture et du social. À ces villages, il a été alloué 357 millions de francs CFA, une allocation assurée par le projet de Coso.

L’Agence susmentionnée affirme que 27 marchés frontaliers, dont 23 dans la région des Savanes, 02 dans la Kara et 02 autres dans la région Centrale, sont retenus dans les 29 mêmes cantons pour être réhabilités dans le cadre du projet.

Par ailleurs, des accompagnements spécifiques sont prévus pour les Groupements d’intérêt économique (GIE) et les jeunes afin de les voir épanouis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici