Le potentiel industriel sans cesse optimisé au Togo

0
869

Le pays a mis en place un géant processus d’industrialisation capable d’offrir aux citoyens et aux investisseurs étrangers les conditions de fructification des affaires. L’inauguration de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) marque véritablement le début de cette ère nouvelle qui améliore déjà les conditions de vie sur le territoire. Et pour avoir plus d’atouts industriels, il faut des infrastructures adaptées.

La route PIA-Kpomé tombe justement à pic. Il y a des mois, les travaux d’aménagement et de bitumage de cette infrastructure qui relie la Plateforme industrielle d’Adétikopé à son extension à Kpomé, ont été lancés.

Une meilleure circulation et plus d’emplois

Les réalisations sont faites à 55%. La route PIA-Kpomé permettra de doter la voie d’ouvrages de drainage, d’assainissement et d’un pont de 25 mètres pour faciliter la circulation des riverains. Longue de 10 kilomètres, elle a pour objectifs d’augmenter les capacités de transit de la PIA et de créer des emplois massifs.

Des usines et entrepôts sont prévus sur les installations en faveur des investisseurs. L’infrastructure sera construite sur deux chaussées de 07 mètres (2×2 voies), avec un terre-plein central de 02 mètres. In fine la zone industrielle sera plus attractive, elle dont les premières infrastructures portent sur une superficie d’environ 129 ha et qui devra être étendue sur 392 ha avec la construction des infrastructures connexes.

Des centres actifs sur la PIA

L’un d’eux est le centre de formation en couture industrielle. Il a été mis en service en octobre 2022 et forme des jeunes aux métiers du textile pour l’usine de vêtements made in Togo. L’idée est d’employer les personnes formées dans les usines de textiles annoncées sur la plateforme. 12 000 jeunes devraient être embauchés.

Du travail offert aux jeunes

Des unités industrielles ont déjà signé un contrat d’installation sur la PIA avec des emplois créés dans leur phase d’installation. La plateforme qui vise à créer au total près de 40 000 emplois, renferme un port sec, un terminal à conteneurs, un parking à camions, des entrepôts, une usine d’assemblage des motos électriques et de triporteurs… qui sont opérationnels.

Une usine de fabrication d’engrais NPK va commencer ses activités sur place. L’infrastructure est déjà créée et quasiment équipée. Il est attendu d’elle une capacité de production de 200 000 tonnes par an pour améliorer l’offre d’engrais de qualité pour les agriculteurs locaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici