Système de stockage et de distribution des engrais : Le Togo, un bon exemple… selon Malpass

0
874

Le président de la banque mondiale qui a séjourné au Togo le 31 mars dernier a été reçu par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Ce dernier qui s’est dit heureux de recevoir David Malpass, s’est également réjoui du fait que cette rencontre ait permis de poursuivre les échanges qui avaient été entamés à Washington en octobre dernier.

« Je me réjouis de noter que l’agenda de sa visite au Togo est aligné sur nos priorités nationales, notamment l’éducation, la sécurité alimentaire, la transformation numérique et la résilience des populations dans le contexte sécuritaire actuel », a fait savoir Faure Gnassingbé.

Pour le numéro 1 togolais, le travail va continuer avec les premiers responsables du Groupe de la banque mondiale afin de « maintenir un cadre macroéconomique stable, en dépit du contexte mondial de crises », ce qui selon lui, permettra de « conforter  la place du Togo comme une plateforme  logistique d’excellence pour la région ».

Arrivé à Lomé le 31 mars 2023, David Malpass a été accueilli à l’aéroport International Gnassingbé Eyadema par la ministre secrétaire de la présidence de la république et Gouverneau pays de la Banque mondiale Sandra Ablamba Johnson.

La ministre Sandra Ablamb-Jonhson( ici à gauche) saluant M. Malpass(en blanc à droite), à l’arrivée à l’Aéroport International Gnassingbé Eyadema

La journée du 31 mars 2023, David Malpass a réception officiellement au Port Autonome de Lomé, et ce en compagnie du premier ministre Victoire Tomégah-Dogbé, et du ministre de l’Agriculture et du développement rural Antoine Lékpa Gbégbéni,   34 000 tonnes d’engrais destinés à la campagne agricole 2023-2024, engrais acquis par le Togo dans le cadre du Programme de résilience du système alimentaire(FSRP) de la Banque mondiale. 

Le stock d’engrais réceptionné va  permettre de répondre aux besoins des producteurs et d’améliorer   la productivité.

En effet, la sécurité alimentaire et l’approvisionnement en engrais dont  fait partie des axes prioritaires du partenariat  Togo-Banque mondiale, qui d’ailleurs fait l’objet des échanges approfondis entre Faure et Malpass en octobre dernier à Washington.

Le Président de la République, avait défendu à Washington au nom du continent, la politique visant à rendre disponibles et accessibles les engrais, lors des dernières Assemblées annuelles de la Banque mondiale, en qualité d’invité spécial. C’est dire que son plaidoyer a été entendu par les responsables du Groupe…

Cette mise à disposition des engrais qui intervient dans le contexte du Forum national des producteurs agricoles du Togo (FoPAT) permettra de renforcer la résilience du monde paysan.

Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et du développement rural, a rappelé l’ambitieux programme du gouvernement de faire de l’agriculture une haute valeur ajoutée, un véritable levier de croissance, de création d’emplois et de garantie de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Il a particulièrement exprimé sa gratitude au chef de l’Etat pour l’attention qu’il porte au monde rural s’agissant surtout de la souveraineté alimentaire. Il s’est également  félicité de l’accompagnement de la Banque mondiale, à travers la mise à disposition de cet important stock d’engrais.

Le Togo a déjà obtenu un financement de 90 millions de dollars, soit plus de 50 milliards de francs CFA dans le cadre de Programme régional de résilience des systèmes alimentaires (FSRP) depuis le lancement officiel de ce projet le 15 juin 2022.

« Ce grand appui de la Banque mondiale vient soutenir les efforts du gouvernement, pour garantir l’accès des producteurs aux engrais de qualité afin d’améliorer la productivité et les rendements agricoles » a précisé le ministre Gbégbéni.

Antoine Lékpa Gbégbéni, Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et du développement Rural

Le Programme régional de résilience des systèmes alimentaires a permis de renforcer la gestion des risques inhérents aux systèmes alimentaires régionaux et d’améliorer la durabilité de la base de production dans les zones rurales.

Le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass a salué les différents programmes du gouvernement togolais qui rendent disponibles et accessibles les intrants agricoles dans sa stratégie de renforcement de la sécurité alimentaire.

« Le Togo est un bon exemple en matière de disponibilité, du système de stockage et de distribution des engrais. J’ai hâte de rencontrer le Président de la République pour lui exprimer mes remerciements pour son leadership dans le secteur de sécurité alimentaire au Togo et en Afrique » a déclaré David Malpass.

Cette confiance au Togo, n’est que l’efficacité et l’efficience des choix opérés par le gouvernement dans le domaine de l’agriculture sous le leadership du chef de l’Etat et en lien avec la Feuille de route gouvernementale.

 L’agenda du  président du Groupe de la Banque mondiale a été poursuivi avec  sa présence effective à la signature d’un  partenariat entre l’université de Lomé et l’université Clark Atlanta, ce samedi 1er avril 2023. David Malpass a salué ce partenariat.

« L’éducation est le socle du développement. La transformation économique de l’Afrique repose sur son capital humain et les compétences de sa main-d’œuvre, a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass. Au vu du vif intérêt manifesté par les HBCU pour des initiatives d’échanges et de collaboration avec des établissements universitaires africains solides, nous nous sommes attachés à mettre en relation ces institutions. Je me réjouis à la perspective de voir le Groupe de la Banque mondiale poursuivre son rôle fédérateur en aidant à nouer des partenariats entre établissements d’enseignement », a-t-il déclaré.  

Ce sont les présidents des universités de Lomé et Clark Atlanta qui ont signé ledit  protocole d’accord dans le cadre d’un partenariat facilité par le Groupe de la Banque mondiale, renseigne le site de la banque mondiale au Togo. Ce partenariat offrira aux étudiants et aux enseignants la possibilité de collaborer dans le domaine de la recherche, tout en promouvant un développement social et économique plus inclusif et durable. Il fait suite à un protocole d’accord signé en octobre 2022 entre la Banque mondiale et six collèges et universités servant historiquement la communauté noire (HBCU) aux États-Unis.

L’université Clark Atlanta est née de la fusion de deux institutions historiques. L’université d’Atlanta, fondée en 1865 par l’American Missionary Association, a été le premier établissement du pays à délivrer des diplômes de premier cycle aux Afro-Américains. Le Clark College, créé en 1869, a été le premier « collège d’arts libéraux » du pays (cursus de quatre ans) à accueillir principalement des étudiants afro-américains. L’université Clark Atlanta est la plus ancienne HBCU du sud des États-Unis et compte aujourd’hui plus de 4 000 étudiants. L’institution est membre de l’UNCF, une organisation à but non lucratif dont l’objectif est d’apporter un soutien financier aux étudiants issus de minorités qui souhaitent poursuivre des études supérieures.

« La communauté des HBCU félicite le Groupe de la Banque mondiale et le président Malpass d’avoir facilité ce partenariat essentiel, dont l’ambition est d’avoir un effet transformateur, a déclaré George Tony French, président de l’université Clark Atlanta et directeur de l’UNCF. La recherche de pointe menée à l’université Clark Atlanta et à l’université de Lomé sera décuplée grâce à cette collaboration transnationale et marque un tournant dans l’enseignement supérieur, dans la mesure où elle offre des modalités innovantes de collaboration propices à l’éradication de l’extrême pauvreté. »

Fondée en 1970, l’université de Lomé est la plus grande université du Togo. Elle accueille trois des Centres d’excellence africains créés dans le cadre du premier programme à grande échelle de la région financé par la Banque mondiale dans le secteur de l’enseignement supérieur.

« Avec l’appui de nos partenaires, dont la Banque mondiale, les universités africaines se modernisent et s’ouvrent davantage au monde dans le domaine de l’enseignement et de la recherche au service du développement durable »,  a souligné le professeur Dodzi Komla Kokoroko, président de l’université de Lomé.

Depuis 2014, la Banque mondiale a fourni plus de 600 millions de dollars à travers le programme de Centres d’excellence africains pour soutenir plus de 70 structures dans 20 pays d’Afrique. En Afrique de l’Ouest et du Centre, les engagements annuels de la Banque mondiale en faveur de l’éducation ont triplé entre 2018 et 2021, passant de 400 millions à 1,2 milliard de dollars.

C’est la première visite d’un président de la banque mondiale au Togo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici