Énergie propre : le Togo mise sur l’hydroélectricité

0
224

L’objectif du Togo vis-à-vis de l’électricité est sans ambiguïté : accès universel d’ici 2030. Bien engagé dans la vision de développement durable, c’est vers les sources dites propres (sources durables) que se tourne l’exécutif pour matérialiser cette ambition.

L’une des ambitions clés à cet effet est de faire passer la part du renouvelable dans le mix énergétique du pays de 30 % en 2022 à 50 % en 2025.

L’énergie solaire et l’hydroélectricité sont les deux principaux leviers du gouvernement pour remplir cet objectif. Si pour le premier (électricité solaire), des initiatives se multiplient, à l’image de la centrale solaire de Blitta (objectif de production de 100 MW) et celle de Dapaong (objectif de production de 30 MWc), l’État n’est pas moins enthousiaste face à l’hydroélectricité.

Un plan bien structuré

Le pays veut se doter d’un barrage polyvalent pour la production d’électricité au nord du pays. D’un coût prévisionnel d’un peu plus de 78 milliards de francs, la centrale produira 24 MW de courant ; de quoi alimenter 400 000 personnes dans la région de la Kara.

Le barrage donnera lieu à la fourniture d’eau potable aux populations locales et favorisera l’irrigation de terres agricoles. L’initiative s’inscrit dans le cadre plus large du Green Power Togo.

D’autres projets prévus dans le cadre du Green Power Togo comprennent des centrales hydroélectriques dans les localités de Titira et de Tététou qui fourniront respectivement 24 MW et 64 MW de courant électrique.

Réhabilitation du barrage de Nangbéto

Le développement de l’hydroélectricité, c’est aussi la réhabilitation du barrage de Nangbéto (région des Plateaux) pour un coût global de 13 milliards de francs CFA. L’ouvrage qui fournit au moins 65 MW aux pays voisins du Togo et du Bénin, est appelé à contribuer à cette quête de la production d’énergie propre par le gouvernement togolais.

Par ailleurs, la Feuille de route gouvernementale Togo 2025 fait la part belle à l’énergie. En vue de moderniser le pays et renforcer ses structures, elle a prévu l’augmentation de la capacité de production, de transport et de distribution d’électricité dans le pays.

L’un des objectifs intermédiaires de cette ambition est de faire passer le taux d’accès à l’électricité à 75 % en 2025, un défi qui est en passe d’être relevé, avec un taux d’électrification évalué à près de 60 % en 2021.