L’incidence de la malaria en chute libre au Togo

0
2075

Le paludisme ou la malaria est une maladie potentiellement mortelle. Elle est causée par des parasites transmis par les piqûres de moustiques anophèles femelles infectées. Le paludisme est évitable et guérissable ; le Togo excelle dans les deux cas.

On désigne par incidence le nombre de nouveaux cas d’une maladie ou de malades présents à un moment donné dans une population. Sur la période 2000-2015, l’incidence du paludisme a baissé entre 20 à 40%. Quant à la mortalité, elle a été réduite de 40%.

Dans le monde

En 2020, on estimait à 241 millions le nombre de cas de paludisme dans le monde. Le nombre de décès imputables à la maladie était de 627 000 en 2020. La même année, 95% des cas de paludisme et 96% des décès liés à la maladie ont été enregistrés dans les régions africaines. Les enfants de moins de 05 ans représentaient 80% de l’ensemble de ces décès.

La barrière est forte au Togo

Dormir dans une moustiquaire est l’un des moyens de prévention efficaces. Depuis des années maintenant, le Togo organise des campagnes de distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticides de longue durée. Afin de protéger les nouveau-nés et leurs mamans, les structures sanitaires remettent gratuitement à celles-ci des moustiquaires au moment de la consultation.

En 2020, 6,5 millions de moustiquaires ont été offertes aux populations sur l’étendue du territoire. En 2017, c’était 4,7 millions. Jadis, sur 5 000 ménages recensés, 85% disposaient d’au moins une moustiquaire. Ce taux était de 65% en 2012. De 2012 à 2017, le taux d’utilisation des moustiquaires a progressé de 43 à 70%.

Des médicaments gratuits

Le test rapide et les médicaments de lutte contre le paludisme simple ou grave sont gratuits dans les centres de santé. De 2015 à 2018, l’incidence du paludisme a régressé de plus de 25%. Au cours de la même période, la mortalité a diminué de 8%.

En ce qui concerne à la létalité, elle est passée de 3,1% en 2011 à 2,4% en 2018 chez les adultes et de 6,5% à 3,5% chez les enfants de moins de 05 ans. D’après l’enquête sur les indicateurs du paludisme, la prévalence parasitaire chez les enfants de 06 à 59 mois est passée de 62,2% en 2004 à 28% en 2017. Les chiffres suffisent pour conclure que le paludisme est mal barré au Togo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici