L’Inam , 10 ans après :  Quels résultats… ?

0
354

10 années d’expérience dans l’assurance maladie aux côtés des populations togolaises, 10 ans ponctués de réussites et parfois d’insuffisances, l’Institut national d’assurance maladie (Inam) tient debout et fait de grandes projections pour les années à venir.

1er mars 2012 – 1er mars 2022, de l’eau a coulé sous les ponts depuis le démarrage des prestations de l’Inam. Créé pour faciliter aux bénéficiaires du régime d’assurance maladie, une meilleure accessibilité à des soins de qualité, l’Inam compte à ce jour environ 500 000 bénéficiaires sur le territoire. Il travaille avec plus de 1 000 structures sanitaires et 215 pharmacies conventionnées.

Le secteur privé n’est pas laissé de côté

Grande avancée, les travailleurs du secteur privé ont commencé par bénéficier de la couverture maladie avec notamment près de 2 000 personnes inscrites dans le programme de l’Inam. Près d’une centaine d’entreprises du secteur privé ont inscrit leurs membres et d’autres dossiers sont toujours en train d’être étudiés.

2021 fut une année marquée par la covid-19. Mais grâce à sa résilience, l’institution a poursuivi ses efforts. Extension de la couverture maladie universelle (un projet de loi a été voté en ce sens par l’Assemblée), projet d’extension pour lequel un montant de 19 milliards de francs CFA a été prévu dans le budget 2022 de l’Etat ; renforcement de la qualité des soins ; consolidation des acquis…, autant d’actions qui ont constitué le planning 2021 de l’institution.

Sur le plan informatique, l’Inam a mené à terme deux principaux projets en 2021 que sont la mise en place d’une infrastructure permettant de faciliter le déploiement des solutions de l’Inam et un projet sur la gestion du back office.

Défis à relever

10 ans, c’est beaucoup certes, mais il y a encore du chemin à parcourir. Autant de défis restent à relever pour l’Inam, chose dont l’institution est bien consciente. Selon les responsables, l’accès universel de la couverture maladie reste la priorité des priorités. Le véritable défi est et reste celui de l’extension réussie, une extension qui puisse bénéficier grandement aux populations.

Une nouvelle carte d’assuré Inam verra également le jour, disposition devant permettre un contrôle judicieux sur la qualité de bénéficiaire et la présence de celui-ci au moment de la prise en charge, autrement dit, un outil important dans la gestion des fraudes. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici