Sécurité alimentaire : le RPCA à la recherche de solutions

0
596

Le Réseau des Crises Alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest (RPCA) tient depuis ce mardi 06 décembre 2022 dans la capitale togolaise, sa 38ème réunion annuelle

Cette rencontre qui rassemble les principales parties prenantes de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la région , est organisée par le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et le Secrétariat du Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest (CSAO/OCDE).

Durant quatre jours , les participants aurons notamment à examiner les résultats prévisionnels de la campagne agropastorale 2022-2023, l’état des marchés des denrées alimentaires et leurs conséquences, et à faire le bilan des mesures spécifiques en matière d’approvisionnement d’engrais au Sahel et en Afrique de l’Ouest. 

Ils sont également conviés  à proposer des alternatives politiques devant permettre de renforcer la sécurité alimentaire, la résilience alimentaire et nutritionnelle des populations les plus vulnérables, la stabilité et la paix dans l’espace communautaire.

Une session spéciale sera consacrée à la découverte des engagements et investissements du Togo en faveur de la sécurité alimentaire et de la résilience.

Selon Victoire Tomégah-Dogbe , premier ministre du Togo, représentant le Président de la République , depuis plus d’une décennie et malgré les multiples actions engagées par les Etats , de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest et du Sahel sont toujours en prise avec les crises alimentaires et nutritionnelles, avec des fréquences de plus en plus rapprochées et une ampleur plus croissante.

Elle fait savoir que la détérioration inquiétante de la situation alimentaire et nutritionnelle jamais observée dans la sous-région et au Sahel interpelle les décideurs à prendre des mesures urgentes en vue de lutter contre la vie chère et de préserver le pouvoir d’achat des populations.

« Il s’agit notamment de maintenir à un niveau supportable, les prix des produits pétroliers qui impactent sur le coût du transport et le panier alimentaire des ménages vulnérables ; fluidifier les échanges entre les pays pour mieux exprimer le principe de la solidarité régionale séculaire entre les peuples, basé sur les complémentarités agro-écologiques des différents pays ; maintenir pendant les périodes critiques, notamment celle  de soudure, les mesures transitoires d’allègements fiscaux et les instruments de filets sociaux pour construire durablement la résilience des populations vulnérables afin de les aider à supporter les tensions sur les prix des produits alimentaires ; moderniser la production agricole, animale et halieutique, avec le recours à l’irrigation intelligente, à la mécanisation et aux intrants de façon à assurer la disponibilité en toute saison de produits vivriers au regard des effets persistants du changement climatique  ; œuvrer à la mise en place d’unités de production massive de fertilisants au niveau de la région afin d’éviter les soubresauts du marché international et sécuriser l’approvisionnement et l’accessibilité aux producteurs », a précisé Victoire Tomégah-Dogbe. 

Intensifier les efforts

Pour le premier ministre, tous les acteurs doivent redoubler d’efforts pour la réalisation effective des ambitions communes et partagées des objectifs de développement durable, notamment en ce qui concerne la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

« La présente rencontre devrait résolument déboucher sur des propositions de mesures pragmatiques et actionnables, avec des impacts visibles dans les meilleures échéances », a t-elle affirmé.

Victoire Tomégah-Dogbe a également exhorté les  partenaires techniques et financiers à poursuivre leurs efforts, en vue d’accompagner les Etats et les populations du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, dans la quête d’une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable.

Allant dans le même sens, le Ministre de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural du Togo , Antoine Lékpa Gbégbéni a sollicité l’implication totale de tous les acteurs dans le déroulement des activités inscrites dans les différentes sessions de cette rencontre afin d’aboutir à des décisions fortes et concrètes pour la sous-région.

D’après les données des Nations Unies publiées en 2022 sur  l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde  et l’évaluation des risques et de l’impact de la crise russo-ukrainienne sur la production agricole, il ressort que la faim a encore gagné du terrain dans le monde en 2021, et que les prix des denrées alimentaires et des engrais sont extrêmement élevés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici