L’Itra et sa fiche technique font grandir la filière cotonnière

0
569

Pour de multiples raisons, le niveau de production actuel est quelque peu loin des attentes, avec par exemple 52 000, 67 000 et 116 000 tonnes, respectivement pour les campagnes 2019-2020, 2020-2021 et 2021-2022. Le gouvernement est constamment debout, avec des moyens colossaux pour renverser la tendance.

Entre autres actions pour donner un coup d’accélérateur à la production, il y a la subvention sur les prix d’acquisition des intrants. Le prix du sac de 50 kg d’engrais NPK est maintenu à 14 750 francs CFA pour la campagne 2022-2023. Sa valeur réelle est à plus du double, soit environ 30 000 francs CFA avec la flambée des prix sur les marchés mondiaux.

D’un côté, le prix au producteur de coton a été fixé pour la campagne 2022-2023 à 300 francs le kilo pour le coton de premier choix. Le prix d’achat était de 254 francs CFA le kilo pour le premier choix lors de la campagne 2021-2022.

Guerre déclarée aux maladies et aux ravageurs

L’Institut togolais de recherche agronomique (Itra) est à l’avant-poste. Il recommande des approches aux agriculteurs comme la rotation des cultures et d’autres astuces contenues dans sa fiche technique. Une bonne chose quand on sait que les ravageurs peuvent occasionner des pertes allant jusqu’à 60% au Togo en absence de protection phytosanitaire.

La lutte chimique est également préconisée à travers l’utilisation des insecticides, fongicides et acaricides. 06 traitements sont recommandés par insecticide au cours de la campagne cotonnière, à intervalles de 14 jours entre 02 traitements à partir du 35ème jour après le semis avec des produits à dose d’application variant de 0,2 à 01 litre par hectare.

La mécanisation, un autre levier de redynamisation

La Fédération nationale des groupements de producteurs de coton a désormais à sa disposition 50 tracteurs pour renforcer les capacités de ses producteurs, ceci en vue d’optimiser les efforts de la fédération en cohérence avec l’objectif national de production de 200 000 tonnes à l’horizon 2022.

25 tractoristes agricoles seront ainsi répartis dans les 05 régions économiques du Togo, à raison de 08 dans les Savanes, 07 dans la Kara, 05 dans la Centrale, 02 dans les Plateaux et 03 dans la Maritime. L’approbation par le gouvernement de l’entrée au capital de la NSCT du groupe Olam pour 51%, à 15,3 millions d’euros, constitue également une bonne nouvelle pour cette filière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici